Croisière Cunard : LA « GOLDEN WEEK » JAPONAISE 7 JOURS / 8 NUITS

Available Rooms

No Rooms Found

Navire : Queen Elizabeth
Nombre de nuits à bord : 7 nuits
Port d’embarquement / De : Yokohama (Tokyo)
Port de débarquement / À : Yokohama (Tokyo)

 

 

JOUR 1 : YOKOHAMA (TOKYO), JAPON
Il y a un siècle et demi Yokohama se résumait à quelques baraques de pêcheurs égrenées sur les rives de la baie du Japon, à 30 km au sud de la capitale. Tiré de sa torpeur par le Traité de commerce entre États-Unis et Japon de 1850, le village de 600 âmes s’est mué en un port de commerce tentaculaire, aujourd’hui 2e ville du Japon. Cosmopolite à l’instar de tous les ports, la ville se partage en un quartier chinois, des concessions européennes et un fulgurant front de mer, Minato Mirai 21, en route vers le futur.

À VOIR
Quartier de Yamate et de Motomachi
Les Occidentaux débarqués au 19e siècle ont élu la colline de Yamate comme lieu de résidence. Le lieu est paisible et l’oeil y contemple la baie à son aise, notamment depuis le parc Harbour View. Près du Cimetière des étrangers, où sont inhumés voyageurs et expatriés, la rue Yamate-Hon-Dori se souvient du passé : une demi-douzaine de demeures aux physionomies de manoirs british ont été restaurées en musées ou lieux d’exposition aux thématiques variées. La rue Motomachi, toujours chic et commerçante, fut elle aussi la création des colons.
Jardin Sankei-en
Le Sankei-en, jardin traditionnel de style japonais, d’une superficie de 175 000 m2, s’organise autour de deux espaces : le jardin extérieur composé entre autres d’une pagode à trois étages importée du temple de Tomyo-ji de Kyoto (1457) et d’une maison traditionnelle de la région de Hida ; le jardin intérieur et son remarquable pavillon datant du début de la période d’Edo. Mais, plus que ses édifices, c’est le jardin lui-même, modelé de paysages évocateurs aux senteurs odorantes, qui attire chaque année plus de 500 000 visiteurs. À visiter tôt le matin.

JOUR 2 : EN MER … À bord du Queen Elizabeth

JOUR 3 : KAGOSHIMA, JAPON
La ville de Kagoshima est la capitale de la préfecture éponyme et le centre industriel, économique et culturel du sud de l’île de Kyushu. C’est une ancienne ville fortifiée qui est souvent surnommée la “Naples de l’Orient”, en raison du soleil baignant la cité, son ciel bleu et la beauté de l’océan. La cité est étroitement associée au nom de Takamori Saigo (1827-1877) qui a joué un rôle prépondérant dans la naissance du Japon moderne. Kagoshima est le pays natal de ce courageux et vigoureux héros et elle compte de nombreux lieux et monuments historiques qui le relient à la cité. Dominant la ville, le volcan en activité de Sakurajima en est le symbole.

À VOIR
Sengaku-en
Le Sengakuen est l’un des plus beaux exemples de jardin japonais, construit en 1658 comme villa d’un seigneur féodal régnant alors. Vous pourrez jouir d’une magnifique vue du jardin avec en arrière plan, la Baie Kinko et le Sakurajima.
Sakurajima
Le Sakurajima est un volcan en activité, avec émission constante de fumées. C’est l’emblème de Kagoshima. Sakurajima qui fut jadis une île, devint une péninsule après l’éruption de 1914. La lave s’échappant du cratère a comblé le détroit (de 400 à 500 mètres de largeur) la séparant de la péninsule de Osumi, à 15 mn en ferry, un départ toutes les 10 ou 15 minutes, depuis le port de Kagoshima..

JOUR 4 : ILE DE JEJU, COREE DU SUD
L’île de Jeju fait partie des 7 nouvelles merveilles de la nature. Située à 130 km au sud de la Péninsule coréenne, cette île volcanique est très prisée des vacanciers Sud-coréens notamment pour les lunes de miel. On y trouve la plus haute montagne du pays, Halla-san, un volcan endormi qui s’élève à 1 950 mètres au-dessus du niveau de la mer, mais aussi 368 mini-volcans, appelés oreum. Les habitants de Jeju ont développé une culture et une langue distinctes de celles de Corée du sud. L’île s’est notamment fait connaitre à travers sa structure familiale matriarcale symbolisée par les filles de la mer qui gagnent leur vie en plongeant sans bouteille au large pour récolter des produits marins. Autre curiosité, les statues en pierres volcaniques qui font penser à l’île de Pâques. Une île propice à de superbes randonnées avec ses tunnels de lave et ses cratères ciselés, aux nombreux spots de plongée et réputé pour sa gastronomie à base de fruits de mer.

JOUR 5 : FUKUOKA, JAPON
Au nord de l’île de Kyushu, Fukuoka est une cité dynamique résolument tournée vers l’avenir, comme en témoignent l’architecture ultramoderne du quartier de Momochi, l’économie axée sur les nouvelles technologies…ainsi que le superbe musée d’Art asiatique. Mais la ville, dont l’histoire doublement millénaire est marquée par sa proximité avec la Chine et la Corée, a gardé un quartier ancien où se regroupent les commerces. Et pour goûter à l’ambiance animée des gargottes de rue, les yatai, rendez-vous sur les rives de la rivière Naka qui traverse Fukuoka.

À VOIR
Musée d’Art asiatique de Fukuoka
Le musée d’Art asiatique de Fukuoka fournit une magnifique opportunité de découvrir les artistes qui, à l’échelle de ce continent, nourrissent de leur créativité l’art moderne et l’art contemporain asiatiques. Au-delà des grands noms comme Nam June Paik ou Jamini Roy, les expositions s’ouvrent à des artistes en devenir. Au total, un fonds riche de plus de 2 000 oeuvres, éclectiques et toujours talentueuses.

JOUR 6 : NAGASAKI, JAPON
Port très actif au 16e siècle où sont débarquées les marchandises venues d’Europe et de Chine, haut lieu de l’évangélisation puis de la persécution des chrétiens… une histoire parmi d’autres jusqu’au coup d’arrêt fatal, le 9 août 1945, quand la bombe atomique explose. Le quartier d’Urakami garde les stigmates de la tragédie. Le mont Inasa permet-il de prendre de la distance avec l’histoire ? Du haut de ses 333 m, il offre en tout cas une vue superbe sur une ville aujourd’hui dynamique, où il fait bon flâner dans son chinatown et son jardin Glover, entre Orient et Occident.

À VOIR
Mémorial des 26 martyrs chrétiens
En haut de la colline Nishizaka a été élevé en 1962, un siècle après leur béatification par le pape Pie IX, un monument en hommage aux 26 chrétiens – 6 étrangers et 20 Japonais – contraints de marcher de Kyoto jusqu’à ce Golgotha japonais où ils furent crucifiés, le 5 février 1597. Derrière, un petit musée retrace (objets saints, reliques, etc.) l’histoire des « chrétiens cachés » de Nagasaki.
Musée de la Bombe atomique
Il y eu l’avant 9 août 1945, 11h02… et l’après. Par une exposition qui montre l’atrocité de la catastrophe, les ravages qu’elle causa et ses implications interminables sur la vie des générations futures, le musée de la Bombe atomique donne à réfléchir sur l’« avec » et le « sans » nucléaire. Le mémorial national de la Paix, tout proche, honore la mémoire des 70 000 morts causés par la bombe américaine. Il y eut aussi 70 000 victimes irradiées.

JOUR 7 : EN MER … À bord du Queen Elizabeth

JOUR 8 : YOKOHAMA (TOKYO), JAPON
Il y a un siècle et demi Yokohama se résumait à quelques baraques de pêcheurs égrenées sur les rives de la baie du Japon, à 30 km au sud de la capitale. Tiré de sa torpeur par le Traité de commerce entre États-Unis et Japon de 1850, le village de 600 âmes s’est mué en un port de commerce tentaculaire, aujourd’hui 2e ville du Japon. Cosmopolite à l’instar de tous les ports, la ville se partage en un quartier chinois, des concessions européennes et un fulgurant front de mer, Minato Mirai 21, en route vers le futur.

À VOIR
Quartier de Yamate et de Motomachi
Les Occidentaux débarqués au 19e siècle ont élu la colline de Yamate comme lieu de résidence. Le lieu est paisible et l’oeil y contemple la baie à son aise, notamment depuis le parc Harbour View. Près du Cimetière des étrangers, où sont inhumés voyageurs et expatriés, la rue Yamate-Hon-Dori se souvient du passé : une demi-douzaine de demeures aux physionomies de manoirs british ont été restaurées en musées ou lieux d’exposition aux thématiques variées. La rue Motomachi, toujours chic et commerçante, fut elle aussi la création des colons.
Jardin Sankei-en
Le Sankei-en, jardin traditionnel de style japonais, d’une superficie de 175 000 m2, s’organise autour de deux espaces : le jardin extérieur composé entre autres d’une pagode à trois étages importée du temple de Tomyo-ji de Kyoto (1457) et d’une maison traditionnelle de la région de Hida ; le jardin intérieur et son remarquable pavillon datant du début de la période d’Edo. Mais, plus que ses édifices, c’est le jardin lui-même, modelé de paysages évocateurs aux senteurs odorantes, qui attire chaque année plus de 500 000 visiteurs. À visiter tôt le matin.

Amenities of Croisière Cunard : LA « GOLDEN WEEK » JAPONAISE 7 JOURS / 8 NUITS

  • amenity-image
    Croisière
  • amenity-image
    Hébergement
  • amenity-image
    Pension complète

LE TARIF COMPREND :

• La croisière sélectionnée dans la catégorie de cabine choisie
• Les repas
• Les animations à bord
• Les taxes portuaires

LE TARIF NE COMPREND PAS :

• Les vols et transferts
• L'acheminement jusqu'au et au départ du navire
• Les prestations terrestres éventuellement nécessaires avant ou après la croisière
• Les gratifications au personnel de bord, entre 11,50$ et 13,50$ par jour et par personne, selon la catégorie de la cabine
• Les boissons à bord
• Les excursions (facultatives)
• Les dépenses à caractère personnel
• Les hausses carburant pouvant intervenir en cours de saison
• Les assurances

Guest Reviews (0 reviews)

Croisière Cunard : LA « GOLDEN WEEK » JAPONAISE 7 JOURS / 8 NUITS CUNARD, Croisières et séjours

Your overall Rating of this property

Booking Number

Pin Code

Title of your review

Your review

What sort of Trip was this?

  • Business
  • Couples
  • Family
  • Friends
  • Solo